Portrait (de) Robot : ROBBY le robot

Hollywood, cette monstrueuse machine à histoires, a donné le jour à une quantité considérable de robots en tous genres mais c’est en 1956, dans le long métrage “La Planète Interdite“, que l’un d’entre eux va véritablement marquer l’esprit du public au point devenir une icône de la Science Fiction.

Pour ce deuxième portrait, laissez-moi vous présenter : ROBBY le robot

Illustration de ROBBY, le robot du film "La Planète Interdite" (1956)

ROBBY le robot (mentionné tel quel au générique)

XXIII ème siècle, le professeur Edward Morbius et sa fille Altaira, seuls survivants de l’équipage du vaisseau d’exploration “le Bellérophon” décimé par une mystérieuse créature peu après leur arrivée sur la planète Altaïr IV, sont accompagnés d’un robot prénommé ROBBY.
ROBBY est un robot serviteur conçu par le professeur Morbius à l’aide des connaissances recueillis dans les vestiges de la technologie Krell (premier peuple à avoir foulé le sol d’Altaïr IV et à en avoir complètement et inexplicablement disparu).

Techniquement

ROBBY est un robot qui est totalement au service du professeur Morbius et ne fait preuve d’aucune personnalité ou charisme véritable sinon que de respecter les 3 lois de la robotique auxquelles il est assujetti.
Toutefois, sa conception étant basée sur les connaissances de la race extra-terrestre Krell, il bénéficie de nombreuses capacités tel quel des lasers, un revêtement indestructible, une force herculéenne et, surtout, un “analyseur de molécules” qui lui permet de dupliquer n’importe quoi, même la nourriture, à volonté.

Les capacités de ROBBY impressionneront l’équipage, exclusivement masculin, du croiseur C-57D arrivé sur Altaïr IV afin de découvrir ce qu’il est advenu du Bellérophon dont ils étaient sans nouvelle depuis 19 ans.

Vision du XXIII ème siècle dans les années 50. On voyage plus vite que la lumière, tout a évolué… Sauf les femmes. :D

Pour la petite anecdote, le très phallocrate commandant Adams du C-57D est interprété par l’excellent Leslie Nielsen (1926-2010) qui joue ici son second rôle principal de long métrage, lequel lancera littéralement sa carrière d’acteur.

Heureusement que les temps ont changé et que l’on ne reproche plus aux femmes leur façon de s’habiller ! Ouf ! :D

Artistiquement

ROBBY a été imaginé par Robert Kinoshita (1914-2014). Il semblerait que le design final ait été décidé à partir d’une figurine sur laquelle R.K travaillait, un peu en désespoir de cause, alors qu’il n’aboutissait à rien après une quantité de croquis…
C’est à ce moment que le directeur artistique est entrée dans son bureau, a vu la figurine et s’est écrié : “C’est quoi ça ?! Je le prends !” pour ensuite foncer dans le bureau du producteur. ROBBY était né !

Un des “blue print” finaux du robot

Le costume de ROBBY mesure environ 2.10 m, est composé essentiellement de plastique et d’aluminium  et pèse près de 45kg. C’est une description qui ferait à peine lever le sourcil d’un “cosplayer” mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’en 1956, le modelage du plastique n’était pas aussi simple qu’aujourd’hui et qu’il a fallu trouver un système pour intégrer une batterie au costume afin d’activer tous les éléments mobiles de celui-ci et que l’acteur Frankie Darro (1917-1976), puisse se déplacer sans la gène d’un câble.
Cette petite prouesse technique coûtera la coquette somme de 125 000$ de l’époque, ce qui peut représenter un peu plus de 1M $ aujourd’hui.

Par la puissance du scénario !!!

Après le succès surprise du robot qui “volera” carrément la vedette dans La Planète Interdite, on retrouvera ROBBY, à la demande insistante du public, dans un nouveau long métrage de science fiction, cette fois sur Terre et au XX ème siècle, “The Invisible Boy“.
Dans ce film le robot est retrouvé en pièces détachées, prenant la poussière avec pour seule explication de sa présence qu’il a, tout simplement, été ramené du XXIII ème siècle mais qu’on ne sait pas comment le réparer. 
Ce second film ne remportera pas le succès escompté et ce sera la fin de la courte carrière de notre robot.
Toutefois, l’impression qu’il laisse sur le public est tellement forte qu’il entrera dans le panthéon des icônes du cinéma fantastique et fera de très nombreuses apparitions en tant que “guest star” ou simple caméo.

 


Mes images ont été faites sur du papier kraft Hahnemüehle et papier aquarelle 200gr Fabriano grain fin avec les feutres tombow fudenosuke, les pentel brush sign pen et ma palette d’aquarelle Sakura Koi.

Encore plein d’autres robots à suivre… ;)
N’hésitez pas à me contacter par message si vous avez des envies de commandes et sinon un petit clic sur l’image pour me soutenir :) :

Vous avez juste à cliquer sur l’image. Attention à désactiver votre bloqueur de publicité si vous en avez un pour visionner la pub. :)

, , , , ,

Poster un commentaire / Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.